picto international

International

picto camescope

Vidéos

bord du menu
   Retour à l'accueil

flèche rose ACTUALITÉS flèche rose Événements

Le Sénat vote pour le dépistage « naturel » de la surdité !

Madame Dominique Gillot (PS), justifiant la position de son groupe parlementaire, déclare : « chacun a le droit de vivre en société avec son handicap ».
Les sourds qui vivent dans une société prévue pour les entendants lui sauront gré de cet appui moral ! Les nourrissons non dépistés aussi...

En votant la suppression de l’article instituant le dépistage précoce de la surdité, le Sénat s’est prononcé aujourd’hui pour le dépistage « naturel » de la surdité, celui qui intervient lorsque les parents constatent que leur enfant ne parle « toujours » pas…

Madame Dominique Gillot, ancienne secrétaire d'État à la Santé dans le gouvernement Jospin en 1999, fut ensuite Secrétaire d'État aux Personnes âgées et aux personnes handicapées. Elle connaît donc bien le dossier dont elle parle et n’a aucune excuse d’en cacher les avantages pour ne parler que d’inconvénients non prouvés, évoquer le spectre d’une rupture du lien mère-enfant et même laisser entendre une sombre man½uvre « d’intérêts privés »… on est en plein délire paranoïaque, et bien loin de l’objectivité qu’on doit attendre d’une parlementaire et de la fraternité qu’on croyait espérer d’une socialiste.

Elle livrera d’ailleurs cette perle en direct : « chacun a le droit de vivre en société avec son handicap ».
Les nourrissons sourds non dépistés et leurs parents,
nous vous remercions de nous rappeler ce droit Madame Gillot !

photo-Le Sénat vote pour le dépistage « naturel » de la surdité !


Une autre parlementaire se réclamera ouvertement de son métier d’orthophoniste pour se donner une légitimité, lorsqu’elle condamnera au nom de sa pratique professionnelle, une mesure qui aurait soulagé des milliers d’enfants et justifié les souffrances endurées depuis des années par les familles confrontées tardivement par un handicap invisible et dévastateur.

Le Sénat s’est donc couvert de honte en ratant ce rendez-vous avec la compassion et l’intelligence, deux qualités dont 175 sénateurs sont totalement dépourvus.

On se souvenait de La Fontaine et de son quolibet sur le « train de sénateur », évoquant la lenteur propre à cette charge, mais dans cette séance du 10.11.11 on a dépassé les limites du supportable dans l’arrogance et le cynisme de ces personnages que nous – les citoyens – avons investi d’une charge qu’ils se croient autorisés à bafouer.


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

La force d'un choix

Lou, sourde de naissance, devait aller à l'école où tous les enfants de son quartier étaient inscrits.

Très tôt, nous avons fait le choix d'une intégration en milieu ordinaire pour notre enfant.
Sur les conseils de l'orthophoniste, nous avions rencontré la Directrice l'année précédant sa rentrée et Lou avait assisté à quelques demi-journées de classe en petite section de maternelle, pour se familiariser avec la vie scolaire.
De notre point de vue, tout se passait bien, Lou était sociable, elle semblait heureuse d'être parmi les autres enfants. En fin d'année, la Directrice a souhaité faire une réunion avec tous les enseignants au sujet de l'accueil de Lou, en présence de l'orthophoniste. Nous n'étions pas conviés.

Le soir même l'orthophoniste nous appelait, inquiet, pour nous faire le compte-rendu de cette réunion : les enseignants de cette école ne souhaitaient pas accueillir Lou, ou bien ils le feraient à contre-c½ur. Ils estimaient ne pas en avoir les moyens matériels, ne pas être suffisamment formés pour gérer ce handicap.
Leur conclusion était qu'il existait un centre spécialisé dans le département et que notre fille y serait « à sa place ».

Nous étions fin juin. Alors, nous avons pris la décision de contacter d'autres écoles de la ville pour inscrire Lou à la rentrée prochaine.

Le Directeur de l'école qui accepta de nous recevoir, nous écouta avec beaucoup d'attention. A la fin de notre entretien, il nous dit vouloir en discuter avec tous les enseignants de son établissement, avant de prendre une décision, car chacun d'entre eux pourrait avoir Lou dans sa classe, au cours des 3 années de maternelle. Après l'expérience que nous avions vécue, cet avis nous parut sage.

Quelques jours plus tard, il nous faisait part de l'acceptation de tous ses enseignants*, et lui-même accueillerait Lou dans sa classe.

photo-La force d'un choix

Durant toute l'année de la petite section, le Directeur prit le temps de nous parler, de nous expliquer ses objectifs pédagogiques afin que nous puissions les retravailler avec l'orthophoniste. Il réussit à enseigner à Lou, qui ne parlait pas et qui ne comprenait que très peu de mots, les mêmes notions fondamentales qu'aux autres petits élèves. Il était parfois soutenu, conseillé, par une institutrice itinérante, qui se rendait à l'école une fois par semaine (depuis, les postes de ces instituteurs itinérants, formés aux handicaps, ont été supprimés par le Rectorat).

Ce fut une belle année de découverte pour Lou, et le début de sa vie d'élève en intégration, nous en avons conservé beaucoup de reconnaissance pour ce Directeur d'école. Lou est aujourd'hui au collège, excellente élève de 4ème, et au cours de sa scolarité, elle a toujours été très appréciée de ses professeurs.

Maryvonne et Rémy,
parents de Lou et d'Yvan



*Depuis la Loi de 2005, tous les enfants handicapés doivent être accueillis dans leur école de quartier. Voir notre article sur cette législation.


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

Milon - Gillot : dialogue de sourds au Sénat

« la suppression du dépistage précoce de la surdité m’a profondément choqué. En effet plus on dépiste tôt les défauts d’audition, plus vite on peut tenter d’y remédier et donc faciliter la parole et l’intégration sociale de l’enfant ».

Le sénateur Alain Milon, exprimait ainsi la déception de la majorité des parents d’enfants malentendants.

Mais chaque enfant né sourd profond a « le droit de vivre en société avec son handicap » avait précisé la sénateur Dominique Gillot, après avoir longuement argumenté contre le dépistage précoce et l'implant cochléaire en raison de leur coût, trop élevé à ses yeux.

Ah ! Si un jour on pouvait dépister précocement la sècheresse de c½ur ou lui trouver un vaccin, on pourrait traiter Madame Gillot…

photo-Milon - Gillot : dialogue de sourds au Sénat

Cochlear rappelle la totalité des Nucleus 5 (CI512) non posés

Même si seulement 1% de la production est défectueuse, Cochlear retire du marché la totalité de la production de son produit phare, le Nucleus 5 (CI512), déjà implanté sur 30.000 patients sourds profonds. Seuls les dispositifs non implantés seront rappelés.

Après avoir constaté un défaut dans l’étanchéité de l’implant « Nucleus 5 » (CI512) qui a provoqué des pannes, Cochlear a rapatrié la totalité des stocks, à un coût estimé à 20 millions d’euros. Les personnes implantées de Nucleus défectueux pourront être réimplantées avec un « Freedom » (CI24RE), le montant de l'implant de remplacement étant aux frais du fabricant. Le « Nucleus 5 » représente 50% des revenus de Cochlear, dont l’action a chuté de 37% depuis la confirmation du défaut de fabrication.

Entretemps, Advanced Bionics a reçu l’autorisation de reprendre la commercialisation de son nouvel implant aux Etats Unis, qui avait dû être retiré du marché en novembre dernier, pour un vice de fabrication.

photo-Cochlear rappelle la totalité des Nucleus 5 (CI512) non posés