picto international

International

picto camescope

Vidéos

bord du menu
   Retour à l'accueil

flèche rose VIE PRATIQUE

Le remboursement des transports pour les séances d'orthophonie

Les transports des enfants sourds vers les cabinets d'orthophonie sont normalement remboursés, dans le cadre de la prise en charge de leur handicap.

Pourtant, ce remboursement par la Sécurité Sociale est parfois difficile à obtenir, ce qui peut remettre en cause la rééducation orthophonique des enfants.

Les séances d'orthophonie, pour un enfant sourd, sont essentielles à sa rééducation, c'est-à-dire indispensables à sa maîtrise de la parole et à son acquisition du langage. D'autre part, il y a peu d'orthophonistes spécialistes de la surdité et il est rare qu'ils se trouvent justement près de notre lieu d'habitation.

Lorsqu'il n'est pas suivi par un centre spécialisé et qu'il est intégré en école ordinaire, notre enfant sourd doit donc se déplacer pour se rendre aux séances de rééducation.

Certains parents se voient ainsi contraints de réduire leur activité professionnelle pour devenir le chauffeur de leur enfant.

D'autres parents ne peuvent pas travailler à temps partiel, ou ne le souhaitent pas, et ils s'adressent alors à des sociétés spécialisées (« Transports Assis Personnalisés ») qui assurent les transports des enfants pour leurs séances d'orthophonie.
Les familles avancent généralement le coût de la facture, ensuite ils envoient une demande de remboursement à leur Caisse d'Assurance Maladie. Il arrive même que certaines familles doivent emprunter ces sommes pour que leur enfant puisse continuer à se rendre à leurs séances.

Le dossier de remboursement envoyé à la Caisse d'Assurance Maladie, doit comporter les factures originales de la société de transport (qui doit être homologuée par la Préfecture de son département), la prescription médicale de transport (ou sa photocopie), le formulaire de la Caisse d'Assurance Maladie (N° Cerfa : 11162*02 - N° d’homologation ministérielle : S3140b) et les attestations de présence datées et signées par l'orthophoniste pour les séances concernées.

ATTENTION : les déplacements vers l'établissement scolaire peuvent ne pas être remboursés, cela concerne par exemple les retours des séances d'orthophonie ; alors que les retours des séances d'orthophonie vers le lieu d'habitation de l'enfant sont remboursés.

photo-Le remboursement des transports pour les séances d'orthophonie

Or, malgré le soin et le temps passé à constituer ce dossier, les parents sont quelquefois face à un refus de remboursement. Il leur faut alors démontrer à un organisme officiel que ce remboursement est un droit dont bénéficient les enfants handicapés pour leur rééducation. Il leur faut surtout s'armer de patience et de détermination.

Mais les séances continuent et les transports également, dont il faut avancer le paiement. C'est une situation qui peut avoir pour conséquence une interruption forcée des soins.

Heureusement, les familles obtiennent souvent gain de cause en saisissant la Commission de Recours Amiable (CRA) de leur Caisse d'Assurance Maladie et si la CRA rejette la demande de ces familles, elles peuvent saisir le Tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS).


Pendant ce temps, les Shadocks pompaient, nos enfants vivaient avec leur handicap et s'efforçaient simplement de le surmonter tous les jours.


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

Un processeur cassé est remplacé en temps record

Un processeur de Cochlear cassé un lundi est remplacé le mardi et pris en charge dès mercredi par l'assureur

Vous avez remarqué que depuis la fin des classes, nos enfants malentendants sont en pleine forme? Les garçons jouent à Batman, Spiderman, Ironman et Hulk, montent volontiers aux arbres...et ne se font aucun mal!

Ce sont toujours les gestes les plus simples qui causent le plus de dégats, comme lorsqu'Adrien a retiré son pull un peu vite, décrochant par inadvertance son microprocesseur qui s'est écrasé contre le mur.
J'ai tout de suite fait une déclaration de sinistre sur le site internet du cabinet Bailly, ce qui m'a pris cinq minutes. Immédiatement après, j'ai passé un coup de fil à Cochlear pour transmettre les coordonnées du processeur cassé et un mail des réglages enregistrés sur ma clé USB. Le cabinet Bailly m'a rappellé dans la journée pour confirmer quelques caractéristiques du processeur et s'assurer qu'il n'y avait pas d'accessoires avariés.

Mardi matin, c'est à dire le lendemain du sinistre, un transporteur m'a remis le nouveau microprocesseur, je l'ai mis en marche, je l'ai placé sur l'oreille d'Adrien, il m'a souri, et après un "c'est bon maman!" il est reparti en trombe vers une nouvelle aventure de Batman...

photo-Un processeur cassé est remplacé en temps record


Mercredi après-midi, le cabinet d'assurances, après avoir constaté auprès de Cochlear qu'il s'agissait bien d'un accident non provoqué, a confirmé la prise en charge du remplacement de processeur. Avouez qu'on ne fait pas mieux en rapidité de réaction!

Bravo Cochlear! Félicitations au cabinet Bailly!

On se prend à rêver d'un monde où le client (de bonne foi, bien sûr) serait toujours roi.


Tania Raymond-Schulze


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

Le micro HF,
une utilisation subtile

Un système HF permet une meilleure perception de la parole dans le bruit et il est préconisé en classe pour les élèves sourds.
Toutefois, malgré cette performance et tout que le bénéfice que peuvent en tirer les enfants, la mise en place d'un micro HF doit être réfléchie, et régulièrement vérifiée.

Le bruit ambiant, la distance, la réverbération, l'absence d'un accompagnement en classe,... sont autant de faits qui constituent chacun une raison de proposer l'utilisation d'un système HF.

ASPECTS TECHNIQUES :
Il s'agit d'un équipement constitué d'un récepteur (porté par l'enfant) et d'un émetteur (porté par l'enseignant).

Le récepteur peut être :
- un « sabot » clipsé sur l'appareil auditif de l'enfant (option à activer sur l'appareil),
- intégré dans l'appareil auditif de l'enfant (option à activer sur l'appareil)
- sous la forme d'une boucle portée autour du cou par l'enfant (sorte de collier souple avec un petit boitier plat; option à activer sur l'appareil)

L'émetteur est en deux parties :
- un micro généralement porté en collier par le professeur (il peut être aussi clipsé sur un vêtement, en haut du sternum)
- et un petit boitier fixé à ce même collier (ou clipsé à la ceinture).

La manipulation de ce récepteur et de cet émetteur est très simple, le professeur doit juste prendre quelques instants pour la connaître et faire un test avec son élève la première fois. Certains parents font une petite notice pour en rappeler le fonctionnement.

Lorsqu'il s'agit d'un très jeune enfant, en maternelle par exemple, il a besoin d'aide pour la partie récepteur, mais très vite à l'école primaire, il apprendra à gérer le système HF dans sa totalité.

Le système HF est à vérifier fréquemment, notamment parce qu'il a une autonomie limitée et qu'il faut le recharger régulièrement.

D'autre part, il peut subvenir des pannes ou des interférences avec d'autres appareils sans que l'enfant ne le signale. L'enseignant doit en vérifier le fonctionnement à chaque fois qu'il le porte en prenant l'habitude de faire un petit test de réception.
Le sytème HF doit être contrôlé par l'audioprothésiste qui assure également la maintenance et le réglage des appareils auditifs de l'enfant.


MISE EN PLACE D'UNE UTILISATION :
La première étape est l'acceptation de ce matériel par l'enfant, car dès la primaire il devra solliciter lui-même son instituteur pour le port du microphone.
A partir du collège, l'élève utilisant le système HF devra le présenter en début de cours à chaque enseignant et le récupérer en fin de cours, ce qui est une contrainte pour un adolescent (par exemple, il ne peut pas suivre le groupe des élèves déjà sortis de la classe)

photo-Le micro HF,<br /> une utilisation subtile


Ensuite, il faut déterminer avec l'enseignant, les moments appropriés pour l'utilisation du système HF. Une utilisation constante n'est pas conseillée, elle peut fatiguer l'enfant car il entendra toute la journée son professeur comme si ce dernier était à quelques centimètres de lui, que les messages oraux lui soient adressés ou qu'ils soient destinés à d'autres enfants de la classe (attention à l'élévation de la voix par les enseignants - lorsqu'ils réprimandent des élèves de la classe par exemple -, ils peuvent oublier que l'enfant sourd reçoit leurs paroles de façon privilégiée).

De plus, avec le sytème HF, l'enfant sourd ne pourra pas entendre les interactions des autres élèves. Il est important, quand cela est possible, de permettre à l'enfant sourd de recevoir aussi le discours des autres enfants : le micro du système HF (avec son boitier) peut être utilisé comme « un bâton de parole », sous la surveillance de l'enseignant.

L'utilisation du micro doit aussi être cohérente avec un éventuel accompagnement en classe. Une codeuse LPC ou un éducateur devront donner leur avis sur cette utilisation en leur présence, et cela peut être incompatible. Rappelons qu'un sytème HF n'apporte pas d'explication sur le message oral de l'enseignant, qu'il ne reformule pas, qu'il n'apporte aucun élément aidant à la compréhension, mais qu'il est un outil qui permet un meilleur confort dans la réception d'un locuteur unique, et qu'il évite à l'élève sourd beaucoup d'efforts pour entendre son professeur.

Le sytème HF est souvent utile pour l'enseignement des langues et pour les cours où il y a peu de supports visuels ou écrits.


FINANCEMENT OU PRET DE MATERIEL :
- Aide de la MDPH, sur dossier de demande
- prêt de l'Education nationale, via les services de matériels adaptés pour les enfants handicapés et par l'intermédiaire du professeur référent
- prêt d'une structure spécialisée
- financement possible par le secteur enfance ou le secteur social de sa ville


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

Familiariser un enfant
à l'univers de l'audioprothèse

Comment expliquer à un jeune enfant sourd qu'il faut se rendre chez l'audioprothésiste pour être appareiller ?
Comment l'habituer aux instruments que l'audioprothésiste utilise pour mesurer son audition ou pour la prise d'empreinte ?

Quelques constructeurs s'efforcent de concevoir des supports pour aider les parents et leurs enfants sourds.

La société Widex a réalisé des animations et des jeux simples pour les petits, autour d'un personnage, « Chiwi » qui a rendez-vous chez l'audioprothésiste.

Dans ce charmant cabinet, divers objets sont présentés dont 4 essentiels, qui seront en contact avec l'enfant lors de son appareillage : l'otoscope, le casque, l'otolight, la prothèse auditive.

Les parents peuvent d'ailleurs y prendre aussi quelques informations basiques, si la surdité est un domaine nouveau pour eux : à quoi servent les embouts ? Que permet de voir l'otoscope ? Comment fonctionne l'audiomètre ?... etc. (bouton en bas à gauche de la fenêtre pour obtenir de courts commentaires écrits)

Pour chacun de ces objets, il y a une mise en situation (avec « Chiwi » qui ne veut pas coopérer, puis qui accepte parce qu'il comprend l'emploi de l'objet) et des jeux pour amuser les enfants.

photo-Familiariser un enfant<br /> à l'univers de l'audioprothèse

Utile et sympathique pour aborder sereinement une grande étape avec nos enfants sourds.

"Chiwi", du site Widex, attendre le petit temps de téléchargement.


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

Les remboursements
pour des frais liés à la surdité.

Lorsque les familles en font la demande à la MDPH, elles peuvent être remboursées des frais que leur occasionne le handicap de leur enfant.

La MDPH décidera d'un remboursement en fonction de :
. la reconnaissance du taux de handicap de l'enfant
. du non-remboursement de ces frais par un autre organisme (par exemple la Sécurité Sociale)
. de la pertinence des dépenses pour le handicap de l'enfant concerné.



Voici les frais que les familles peuvent justifier dans un dossier argumenté, accompagné de justificatifs (factures ou devis).

Frais de matériels ou liés aux matériels :
- assurance des prothèses, du système HF, de l'implant cochléaire
- entretien, réparation et batteries des prothèses, du système HF, de l'implant cochléaire (par exemple, frais de piles lorsqu'ils dépassent le forfait de 60¤ remboursé par la Sécurité Sociale)
- système micro HF (si il n'est pas prêté par un service de matériel adapté de l'Education nationale ; renseignements auprès du professeur référent)
- accessoires pour les prothèses, ou pour l'implant cochléaire (câbles, sabots, adaptateurs,
antennes,... )
- embouts pour les contours d’oreilles (lorsque leur coût dépasse le forfait à l'année remboursé par la Sécurité Sociale)
- système de boucle magnétique
- téléphone adapté aux prothèses ou adapté à l'implant cochléaire, fax
- tout équipement pour la visiophonie (webcam,
écran,... ) permettant une communication visuelle (lecture labiale, LPC, LSF)
- réveil vibreur, équipement pour l'alerte dans la maison (flash,...)


Frais de matériel pédagogique :
- livres, adaptés dans leur forme ou leur contenu aux compétences de l'enfant sourd (livres très imagés, livres de connaissances, livres aux textes adaptés, livres sur le handicap...)
- DVD sous-titrés, signés ou codés en LPC ;
- Logiciels d'apprentissage (langage, mode de communication, langue, culture, logique...)
- jeux servant à stimuler la parole, servant aux interactions, à l'acquisition de connaissances, à l'acquisition d'éléments culturels en rapport avec l'âge de l'enfant

Emploi de personnes accompagnant l'enfant
- codeur LPC, traducteur LSF, preneur de notes
- personne aidant aux devoirs (par exemple, un enfant sourd qui un retard de langage, ou un retard dans ses acquisitions, peut avoir besoin d'une aide pour ses devoirs en dehors des temps scolaires lorsque les parents ne peuvent pas assurer cette aide)

photo-Les remboursements <br /> pour des frais liés à la surdité.


Frais de transports
- Frais de transports pour les séances d'orthophonie (ou chez d'autres professionnels pour lesquels il y a une prescription médicale) dont une partie est à la charge des familles après le remboursement de la Sécurité Sociale ou d'un autre organisme.
- Autres frais de transports liés au handicap de l'enfant (rééducation, traitement, contrôle,... ) non-remboursables par la Sécurité Sociale ou par un autre organisme.

Formation, prise d'informations
- Formation à un mode de communication, au LPC, à la LSF, … (stages, cours) pour les enfants, leur famille et éventuellement pour la personne qui garde l'enfant sourd
- Conférences, congrès, séminaires, rencontres associatives (inscriptions, adhésions, déplacements, supports,... )

Frais de garde
- frais de garde de la fratrie, lors des déplacements des parents chez un professionnel, dans le cadre de la prise en charge du handicap de l'enfant sourd.
- frais de garde de l'enfant sourd, lors des déplacements des parents chez un professionnel, toujours dans le cadre du handicap de l'enfant sourd (rendez-vous dans un centre spécialisé, rendez-vous chez un psychologue, formation,... ).

Tous ces frais ne sont pas automatiquement remboursés, ils font l'objet d'un examen par l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH. C'est pourquoi il est important de bien expliquer les raisons qui vous ont amenés à faire ces dépenses pour votre enfant handicapé.

Lorsque le remboursement est accepté, la MDPH attribue à la famille un complément AEEH (exceptionnel ou prolongé), ou bien une PCH (prestation de compensation du handicap).


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires

L'assurance des prothèses auditives, du système HF
et des implants cochléaires

L'assurance du matériel auditif d'un enfant sourd est un budget conséquent pour une famille, mais elle est indispensable.

La constitution du dossier par un assureur est simple, nous avons pris l'exemple du Cabinet Bailly à Hortes.

Pour le système HF et les prothèses classiques, il suffit de fournir la facture, sur laquelle se trouve, la date d'achat, le prix, la marque de l'appareil et le numéro de série. Si vous n'avez plus ce document en votre possession, vous pouvez le demander à l'audioprothésiste qui vous a vendu le matériel.

En ce qui concerne l'implant cochléaire - ou les implants dans le cas des enfants bi-implantés - vous devez fournir une attestation de valeur : pour cela il suffit d'un contact téléphonique ou d'un mail à votre constructeur (Cochlear, Neurelec, Advanced Bionics, Medel) qui vous l'enverra par le Web ou par courrier.

Par exemple, pour assurer une prothèse numérique d'une valeur inférieure à 2000¤ et un implant cochléaire dont la valeur (sur l'attestation de valeur donnée par le constructeur) est de 6000¤, la prime sera de 156¤/an.

Deuxième exemple, pour assurer une prothèse numérique d'une valeur inférieure à 2000¤, un implant cochléaire dont la valeur est de 6000¤, et un sytème HF dont la valeur est inférieure à 2000¤, la prime sera de 246¤/an (tarif enfant).

Enfin troisième exemple, pour assurer 2 implants cochléaires dont la valeur est de 6000¤, et un sytème HF dont la valeur est de 2000¤, la prime sera de 370¤/an.

Ces tarifs ne constituent que des exemples.

photo-L'assurance des prothèses auditives, du système HF<br /> et des implants cochléaires


Pour toute étude personnalisée, il est préférable de contacter l'assureur par tél au 03 25 87 57 22 ou par mail sur le site du Cabinet Bailly : http://www.ab2a.fr

A noter qu'il ne vous est pas demandé d'être adhérent d'une association (bien que cela soit judicieux par ailleurs, mais c'est un autre sujet) et qu'il n'est pas obligatoire d'assurer la partie interne de l'implant, dans notre exemple la valeur de 6000¤ correspondant à la partie externe d'un implant.


D'autre part, si vous avez des difficultés financières pour régler le montant de la prime d'assurance, vous pouvez demander une aide à la MDPH (voir notre article sur le remboursement des frais liés à la surdité).


    Laisser un commentaire       Lire les commentaires